Témoignages


Témoignage personnel

 

Arrêter de fumer... je me souviens que cela m’effrayait.

"Pourquoi ferais-je un effort pareil pour éviter une hypothétique maladie dans 20 ou 30 ans? C’est ma liberté ! "

Bien sûr, je ne ressentais aucun inconvénient à fumer. J'ai commencé à 19 ans, j'en avais 42 quand j'ai arrêté. Depuis le temps, mon corps s'était habitué. Je toussais bien un peu le matin, mais rien d'alarmant. J'étais aussi très fatiguée : je dormais mal. Mais rien de tout ça n'était vraiment grave ... et surtout, rien à voir avec la cigarette ! Arrêter de fumer, je refusais catégoriquement d'en parler.

Je fumais deux paquets de cigarettes par jour. Et je ne parlais jamais de cigarette.

A l'époque, je suivais des cours d'Hypnose. Le formateur, le docteur Mairlot, parlait de temps en temps des groupes de sevrage tabagique qu'il animait depuis 15 ans. Sans insister, il disait que c'était vraiment très efficace à long terme.

L'idée faisait son chemin...

Un jour, j'ai pris rendez-vous sans trop y croire. J'étais bien claire : je voulais bien arrêter, mais je n'en avais pas vraiment envie et je refusais même d'imaginer de faire des efforts de volonté (je considérais que j'en étais dépourvue). Par contre, j'avais confiance en ses compétences et son expérience.

J'ai suivi consciencieusement le processus et j'ai fait scrupuleusement tous les exercices. A mon plus grand étonnement, au matin du jour J, j'étais prête, ravie même d'arrêter de fumer.

De plus, pour augmenter ma motivation, j'avais dit "si ça marche avec moi, alors, j'en fais mon métier." J'ai arrêté en décembre 2002. Je n'ai jamais regretté cette décision. Depuis, c'est un plaisir d'accompagner les futurs ex-fumeurs vers leur bonheur.

 


Témoignage de Catherine

 

Comme tous les fumeurs, j’avais à l’esprit qu’il faudrait bien que je me passe de ma cigarette un jour.  Régulièrement, je tentais des arrêts aussi peu concluants que frustrants. 

Un jour, j’ai évoqué le problème auprès de mon médecin qui m’a parlé du sevrage tabagique par hypnothérapie et donné les coordonnées de Béatrice Beghein.  Sans trop y croire, mais tout de même forte de la confiance que j’accordais à mon docteur, j’ai pris rendez-vous.  « Je ne risque rien, me dis-je, je n’ai rien à perdre. ».  Mon objectif au départ était de parvenir à arrêter de fumer assez longtemps pour « récupérer » l’investissement consenti dans le prix des séances.  Mon ambition était donc bien limitée.

Le jour du premier rendez-vous, je me suis rendue à ma séance l’esprit assez ouvert et sans apriori mais dotée d’une motivation toute relative.

Madame Beghein m’a immédiatement mise en confiance.  Elle m’a accueillie telle que j’étais, avec ma motivation de l’instant.  Ses explications sur le mécanisme de la dépendance au tabac m’ont passionnée et complètement déculpabilisée. 

La méthode est tellement progressive et les séances d’hypnose apportent un tel bien-être que le parcours m’a semblé – oui – facile. 

Le jour de l’arrêt, je me suis présentée toute guillerette chez madame Beghein pour ma 4ème séance d’hypnose : ça y était, j’avais fumé ma dernière cigarette le matin même !

Je mesurai alors le chemin parcouru : aucune tristesse d’abandonner ma vieille compagne, uniquement la joie de la liberté retrouvée !

Si l’envie d’une cigarette n’a pas entièrement disparu, elle est tout à fait gérable, sans stress, sans regrets.  Les innombrables petits trucs appris tout au long des séances et les changements intérieurs acquis grâce aux séances d’hypnose m’aident à rester une ex-fumeuse. 

Et aujourd’hui, je me demande bien pourquoi j’ai laissé la cigarette m’embêter si longtemps !


Film d'animation sur les dépendances

Extrait du Livre de la Jungle: L'hypnose



Entreprises

Particuliers

Formations